Les cotisations versées pour alimenter un Perp sont déductibles du revenu imposable, dans la limite d’une enveloppe fiscale globale qui vous est propre.

Le montant de cette enveloppe représente 10 % des revenus nets de votre activité professionnelle de l'année précédente, déduction faite des cotisations sociales et des frais professionnels*. Pour les personnes n'ayant pas ou peu de revenus professionnels d'activité, la loi prévoit un plancher pour ces déductions, égal à 10 % du plafond annuel de la Sécurité sociale, soit 3 922 € pour 2017.

Cette enveloppe fiscale comprend, outre le PERP, d’éventuels régimes supplémentaires de retraite souscrits dans un cadre professionnel (Perco, Article 83, Préfon, …) et produits Madelin.

Le plafond de déduction globale une fois atteint, les cotisations à ces contrats ne donneront pas droit à déduction supplémentaires mais, à l’inverse, s’il n’est pas atteint, la différence peut augmenter l’enveloppe de déduction des années suivantes, dans la limite de trois ans**.

*dans la limite de huit fois le plafond annuel de la Sécurité sociale soit 313 824 € en 2017.

** Tous les ans, le plafond disponible pour l’année suivante est indiqué en page 3 de votre avis d’imposition.