Trois types de frais peuvent être prélevés par l’assureur, afin d’assurer la bonne gestion de votre contrat à toutes ses étapes :

À chaque cotisation (versement initial, complémentaire libre ou régulier), votre assureur prélève des frais sur le versement. Ils correspondent en général à un pourcentage fixe appliqué au montant. Mais ils peuvent aussi être dégressifs, avec un système de tranches.

Les frais de gestion, ou frais sur encours, sont appliqués annuellement (les modalités de paiement peuvent être fractionnées, par échéance mensuelle ou trimestrielle). Ils peuvent représenter en moyenne entre 0,4 % et 1 % de la totalité de l’épargne constituée pendant les douze mois écoulés.

Pour les supports en euros, le taux annuel de revalorisation s’applique après prise en compte de ces frais de gestion. On parle alors de taux de revalorisation "net de frais de gestion".

Pour les supports en unités de compte, les frais sur encours sont généralement prélevés sur le nombre de parts acquises. Le pourcentage et l’assiette des frais de gestion sont librement fixés par l’assureur.

Enfin, des frais d’arbitrage sont perçus à chaque fois que vous décidez de changer de support d’investissement au sein d’un même contrat. Ils sont le plus souvent proportionnels au montant du capital arbitré. (Par exemple, dans le cas d’un arbitrage pour sécuriser les plus-values, on prélève les frais sur la plus-value arbitrée).

Nota : une fiscalité est appliquée aux contrats d’assurance vie, annuellement (c’est le cas des prélèvements sociaux) ou lors d’un rachat ou du décès de l'assuré. Cette fiscalité ne relève pas de frais appliqués par l’assureur mais d’une obligation légale.

Cette information vous a-t-elle été utile ?
Oui
Non
Veuillez n’inclure aucune information personnelle dans votre commentaire.