Souscrire un contrat d’assurance vie peut répondre à différents types de démarche : constituer un capital, valoriser son capital existant, préparer sa retraite... Il s’agit généralement d’un projet de long terme, mais vous pouvez disposer à tout moment de votre épargne et des intérêts qu’elle a produits en effectuant des rachats partiels sur votre contrat. Sauf bien sûr cas particuliers, comme les contrats spécifiquement dédiés à la retraite, en principe bloqués jusqu’à ouverture des droits à la retraite.

A votre décès, le capital constitué est versé au(x) bénéficiaire(s) que vous avez désigné(s), dans un cadre fiscal spécifique.

L’assurance décès couvre un risque précis : le décès de l’assuré.

  • Une assurance temporaire, souscrite par exemple pour couvrir un emprunt, prévoit, en contrepartie du paiement de cotisations, le versement d’un capital à un ou plusieurs bénéficiaires si le décès de l’assuré intervient avant la fin de la période de garantie. Si l’assuré est encore en vie à l’échéance du contrat, aucun capital n’est versé.
  • Les contrats « vie entière » garantissent le versement au(x) bénéficiaire(s) d’une rente ou d’un capital au décès de l’assuré, quelle qu’en soit la date. Si l’assuré clôture son contrat, une partie des cotisations peut généralement lui être reversé (les modalités sont précisées dans les conditions générales du contrat).
Cette information vous a-t-elle été utile ?
Oui
Non
Veuillez n’inclure aucune information personnelle dans votre commentaire.