Avant tout, il convient de vérifier que votre contrat d’assurance complémentaire est bien « responsable ». Ces contrats garantissent le respect d’un parcours de soins coordonnés défini par la loi. Bénéficiant d’un régime fiscal plus favorable, leurs tarifs sont généralement plus faibles que ceux des autres contrats.

Selon votre état de santé, il se peut que vous ayez des besoins spécifiques (actes médicaux et chirurgicaux, soins de kinésithérapie, soins infirmiers ou dentaires, pharmacie, optique…).  Vous pouvez donc commencer par analyser le niveau de remboursement qui correspond à ces besoins, en vous informant au préalable sur l’existence d’un délai d’attente. (Il s’agit d’une période, à partir de la souscription et variable selon les contrats, durant laquelle vous n’êtes pas remboursé pour certaines prestations.)

Pour information, les garanties peuvent être formulées :

  • en euros, le montant indiqué correspond alors au plafond de remboursement par votre assurance.
  • en pourcentage du ticket modérateur, qui représente la part des dépenses de santé qui reste à la charge de l’assuré après remboursement de la Sécurité sociale avant déduction des  participations ou franchises médicales à la charge de l’assuré. Son taux varie en fonction des actes et médicaments, de votre situation, et du respect ou non du parcours de soins.

Pour exemple, avec une prise en charge de 100% du ticket modérateur pour une consultation chez un médecin conventionné en respectant le parcours de soin, le prix de la consultation sera entièrement remboursé (par la sécurité sociale pour sa part, la complémentaire santé pour le solde), déduction faite de la participation forfaitaire qui demeure à la charge du patient.

  • ou encore en pourcentage du tarif conventionnel de la sécurité sociale (c’est le cas par exemple pour l’optique) : un remboursement à hauteur de 35 fois le tarif conventionnel pour des verres correcteurs, par exemple.

Détaillez ensuite l’éventail des prestations supplémentaires proposées par l’assurance : tiers payant, dépassements d’honoraires, vaccins ou médicaments non remboursables par la Sécurité sociale, forfait journalier hospitalier, supplément pour une chambre individuelle ou l’accompagnement d’un enfant... La durée de prise en charge peut aussi faire la différence.

Enfin, la possibilité ou non de faire bénéficier un ou plusieurs membres de votre famille de votre assurance santé sera aussi à prendre en compte, en fonction de votre situation familiale.

Cette information vous a-t-elle été utile ?
Oui
Non
Veuillez n’inclure aucune information personnelle dans votre commentaire.