Votre fils peut souscrire un contrat "épargne handicap" (en étant éventuellement autorisé/représenté s'il est majeur protégé ou mineur). C’est un contrat d’assurance vie qui, au terme d’une période d’épargne au moins égale à six ans, lui garantira le versement d’un capital ou d’une rente viagère

Ce contrat peut être souscrit par toute personne en âge d’exercer une activité professionnelle à qui le handicap en interdit l’accès dans des conditions normales de rentabilité. Seules restrictions : elle doit être âgée de plus de 16 ans et ne pas avoir liquidé ses droits à la retraite au moment de l’adhésion/souscription. La plupart des contrats d’assurance vie sont éligibles à l’épargne handicap.

Autre possibilité : vous pouvez ouvrir en votre nom un contrat d'assurance ouvrant droit à une « rente survie ». Contre le versement de prime(s) (unique ou régulières), une prestation est versée en cas de décès à un (des) bénéficiaire(s) sous forme d'une rente ou d'un capital prédéfini. Le bénéficiaire de ce type de contrat est la personne handicapée. Ce peut être un enfant de l'assuré, ou tout autre parent handicapé en ligne directe (enfant, petit-enfant, parent, grand-parent...) ou collatérale jusqu’au 3ème degré (frère, sœur, oncle, tante, neveu, nièce…). En souscrivant en votre nom ce type de contrat avec votre fils en bénéficiaire, cette somme lui reviendra en cas de décès.

Rente survie et épargne handicap ouvrent droit à une réduction d’impôt sur le revenu. Elle s'élève à 25% du montant des cotisations annuelles, dans la limite annuelle de 1525 euros, plus 300 euros par enfant à charge (150 euros en cas de résidence alternée). Ce plafond concerne l'ensemble des contrats d’assurance "épargne handicap" et "rente survie" souscrits par les membres du foyer fiscal.

Attention dans tous les cas, l'état d'invalidité doit pouvoir être établi par tout moyen ou justificatifs adaptés.